Aller au contenu principal
Background

Le rôle du sommeil dans la gestion du poids

 Le rôle du sommeil dans la gestion du poids

Le rôle du sommeil dans la gestion du poids

Une bonne nuit de sommeil est un des éléments clés d'une bonne santé et d’un maintien d'un poids santé. Il existe de plus en plus de preuves que les personnes qui ont trop peu de sommeil ont un risque accru d'obésité et de diabète de type 2 par rapport à ceux qui dorment plus. L'article suivant donne un aperçu des dernières découvertes de relation entre sommeil, obésité et diabète chez les enfants et les adultes ainsi que les possibles hypothèses de lien de causalité.

Sommeil et obésité infantile

Des dizaines d'études traitent de la relation entre la durée du sommeil et l'obésité infantile. La plupart (mais pas toutes) ont trouvé un lien convaincant entre le manque de sommeil et un poids plus élevé. Les études les plus importantes sont celles où les habitudes de sommeil sont suivies chez un grand nombre d'enfants pendant de longues périodes (études à long terme). Il est important que d'autres facteurs qui peuvent biaiser les résultats, tels que l'obésité chez les parents, le temps de télévision/ordi et le manque d'activité physique, qui pourraient augmenter le risque d'obésité des enfants soient exclus.

Les habitudes de sommeil dans l'enfance peuvent également avoir un effet à long terme sur le poids jusqu'à l'âge adulte. Une équipe de chercheurs en Nouvelle-Zélande a étudié les données de 1037 enfants de la naissance jusqu'à l'âge de 32 ans. Ils ont interrogé les parents sur le nombre moyen d'heures de sommeil de leurs enfants âgés de 5, 7, 9 et 11 ans. Chaque heure de sommeil raccourcie pendant l'enfance a été associée à un risque de 50 pour cent de plus d'obésité à l'âge de 32 ans.

Cependant, toutes ces études étaient des études d'observation. Bien qu'elles suggèrent une relation entre le sommeil et le poids, elles ne peuvent pas démontrer de manière concluante que le sommeil adéquat chez les enfants diminue le risque d'obésité. Plus de réponses définitives pourraient provenir d'essais cliniques randomisés et prospectifs pour vérifier si plus de sommeil dans l'enfance réduit effectivement le risque d'obésité.

Deux grandes études récentes, une aux États-Unis et une en Nouvelle-Zélande, devraient fournir des preuves plus concluantes sur la relation entre la durée du sommeil et l'obésité. Les deux études soutiennent les parents pour leur apprendre de bonnes habitudes de sommeil et alimentaires pour leurs nouveau-nés et examineront la possibilité de prévention du développement de l'obésité dans l'enfance. Les premiers résultats de l'étude américaine sont prometteurs.

Le sommeil et l'obésité chez les adultes

La plupart des études transversales (études faites à un certain moment dans le temps) montrent une association entre la durée d’un sommeil plus court et l'obésité chez les adultes. Cependant, les études à long terme chez les adultes sont moins uniformes que chez les enfants.

Gesunder Schlaf

L'étude la plus grande et la plus longue à ce jour est la Nurses Health Study. Cette étude sur la santé en général, avec un suivi de plus de 16 ans chez plus de 68 000 infirmières américaines d'âge moyen, a également examiné les habitudes de sommeil et du poids. Comparé aux femmes qui avaient dormi sept heures par nuit, les femmes qui avaient dormi cinq heures ou moins avaient un risque de 15% plus élevé de devenir obèses au cours de l'étude.

Une étude similaire faite lors de la Nurses Health Study II a montré que les jeunes femmes qui avaient un travail posté (3 x 8), avaient un risque augmenté pour le diabète de type 2 et pour l'obésité.

Cependant, des études à long terme aux États-Unis, au Canada et en Europe sur les habitudes de sommeil des adultes et le poids n’ont montré aucune relation claire entre une durée de sommeil courte et l'obésité. Fait intéressant, certaines études chez les adultes ont même montré une corrélation entre trop de sommeil et un risque plus élevé d'obésité. Ceci est probablement dû au fait que les personnes dormant plus que la normale ont des complications, comme l'apnée du sommeil, une maladie pulmonaire obstructive, une dépression ou un cancer, causées par leur obésité et qui ont comme conséquence un sommeil plus long..

Comment le sommeil affecte-t-il notre poids corporel?

Les chercheurs pensent qu'il y a plusieurs raisons qui peuvent expliquer pourquoi le manque chronique de sommeil peut conduire à un gain de poids, soit par une augmentation de l'apport alimentaire, soit par une diminution de l’utilisation d'énergie.

- Le manque de sommeil peut augmenter les apports :

  • Augmentation de la faim: le manque de sommeil peut altérer les hormones qui contrôlent la faim. Dans une petite étude, par exemple, on a trouvé que les jeunes hommes qui ont été privés de sommeil avaient un niveau plus élevé de l’hormone de l'appétit, la ghréline et des valeurs plus faibles de l’hormone de satiété, la leptine. Ceci entrainait une augmentation de la faim et de l'appétit, en particulier pour les aliments qui étaient riches en matières grasses et de glucides.
  • L’explication peut également être plus simple: les gens qui dorment moins ont plus de temps pour manger, parce qu'ils ont plus de «temps éveillé» disponible. Récemment, une étude en laboratoire a constaté que les gens qui sont privés de sommeil et qui sont entourés par de délicieux snacks, sont plus enclins à grignoter, que quand ces personnes avaient suffisamment de sommeil.

- La privation de sommeil peut réduire la consommation d'énergie :

  • Réduction de l'activité physique: les gens qui ne dorment pas assez sont fatigués pendant la journée et leur activité physique pourrait être réduite en conséquence et ils brulent donc moins de calories.

Certaines études ont montré que les personnes fatiguées ont tendance à passer plus de temps à regarder la télévision, ont moins envie de pratiquer du sport et ont moins de temps pour être physiquement actifs que les personnes qui ont suffisamment de sommeil. Mais ces différences dans l'activité physique ou le temps passé devant la télévision ne sont pas assez grandes pour expliquer la relation entre le sommeil et le poids à elles seules.

  • Abaissement de la température du corps: des tests en laboratoire ont montré que la température corporelle chez les êtres humains est diminuée en cas de manque de sommeil. Cette diminution peut entraîner une consommation d'énergie plus faible. Même si ce ne sont que peu de calories en moins, cela se répète jour après jour. Cependant, une autre étude récente n’a pas pu démontrer de lien entre la durée du sommeil et l’utilisation totale d'énergie.

Conclusion

Schlafen

 

Le sommeil est un domaine de recherche prometteur dans le cadre de l'obésité et du diabète de type 2. Il existe des preuves convaincantes qu'une quantité trop faible de sommeil est un facteur de risque indépendant et fort pour l'obésité chez les nourrissons et les enfants, mais également chez les adultes. Cette augmentation de poids augmente également le risque de diabète de type 2. A ce jour, la plupart des recherches ont été guidées par des études d'observation, et il reste à voir si l'éducation des enfants ou des adultes peut conduire à un meilleur sommeil nocturne et alors réellement abaisser leur risque d'obésité et de diabète, ou les aider à réduire une obésité déjà existante. Les essais cliniques randomisés, qui sont actuellement en cours d'exécution, vont bientôt apporter plus de réponses.

Du point de vue de la santé publique, il y a donc peu de risques de promouvoir un sommeil sain grâce à de petits changements dans le mode de vie, tels que:

- Se coucher à une heure précise régulièrement

- Éviter la caféine tard dans la journée

- Bannir le PC, téléphone mobile, tablette ou TV de la chambre

- Eviter les « aides » au sommeil telles que les médicaments et l'alcool

De bonnes habitudes de sommeil ont d'autres avantages: augmentation de la vigilance et de la capacité de se concentrer à l'école ou au travail, amélioration de l'humeur et de la qualité de vie globale. Raison de plus pour mettre une longue nuit de sommeil sur la courte liste de conseils pour la prévention de l'obésité et du diabète. Bien dormir peut s’apprendre, p.ex. grâce aux cours offerts au ZGZ (voir lien ci-dessous).

Laisser un commentaire !